TARSIUS

Sculpture "Tarsius". 

Edition limitée : N° 01/08

Composition/Matériaux :

Composite base Résine + poudre de marbre.

Finition blanc satinée.

Spécifications :

Hauteur : 280 mm | Largeur : 150 mm | Profondeur : 150 mm

Poids : 0.9 kg


Quantité Derniers articles en stock

Tarsius

Tarsiidae

Tarsius est un genre de primates bien qu'ils ne soient pas considérés comme des singes. Les espèces de ce genre sont communément appelées tarsiers, comme tous les membres de la famille Tarsiidae. C'est un intermédiaire entre lémuriens et simiens.

Le tarsier est une créature difficile à apercevoir. Il ne bouge presque jamais de l'arbre qu'il a choisi comme logement. Il y reste toujours et il bouge uniquement pour se nourrir.

L'animal est fascinant: C'est le plus petit primate au monde, il mesure dix centimètres de haut, pèse 120 grammes, porte une queue de rat, des oreilles de chauve-souris et d'immenses yeux globuleux qui font, chacun, le volume de son cerveau.

Mammifères nocturnes, discrets et farouches, les tarsiers ont des oreilles capables de s'orienter dans toutes les directions. Le Tarsier est aussi le seul primate connu à émettre et percevoir les ultrasons. Cette aptitude lui permet de communiquer à l'insu de ses prédateurs, mais aussi de ses proies.

Le Tarsier peut faire pivoter sa tête à 180° ; c'est indispensable car ses yeux sont trop gros pour tourner dans les orbites.

Ils sont essentiellement insectivores et capturent les insectes en bondissant dessus, d'une branche à l'autre. Il leur arrive de chasser des oiseaux, leurs œufs et des serpents. La gestation dure environ six mois et aboutit à la naissance d'un seul petit.

les Tarsiers ont depuis été recensés dans les îles du Sud-Est de l'Asie dont les Philippines, Sulawesin Bornéo et Sumatra. Ils sont classés dans les espèces protégées.

Différentes espèces hantent les forêts des Philippines, de Bruneï, d'Indonésie et de Malaisie. Les populations dans ces pays sont considérées «en déclin» par l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN).

Longtemps menacé par la domestication et le tourisme échevelé, le tarsier des Philippines (Tarsius syrichta) était considéré comme une espèce en danger de disparition dans les années 1980. Grâce à un programme de préservation subventionné par l'Etat, sa population sauvage, qui atteindrait quelques centaines de spécimens, est aujourd'hui de nouveau croissante. Et l'UICN le considère simplement «vulnérable».

La voix exaltée d'un être humain, une main sur leur pelage brunâtre ou encore le flash d'un appareil photo suffisent à les plonger dans la détresse.

«Ils s'arrêtent de respirer et meurent à petit feu. Si vous les mettez dans une cage, ils veulent sortir, alors ils se cognent la tête contre la cage, et elle craque tant leur crâne est fin», explique Carlito Pizarras, conservateur au sanctuaire pour tarsiers de Corella, sur l'île de Bohol, l'une des destinations touristiques les plus courues de l'archipel philippin.

Les Philippines ont adopté des lois pour tenter d'assurer la survie du tarsier, déclaré espèce «spécialement protégée» en 1997. Sa chasse est interdite, ainsi que son exposition dans les restaurants et les boutiques de souvenir.

1 Article

Pas de commentaires client pour le moment.

1 autre produit dans la même catégorie:

OURS POLAIRE

Sculpture "Ours Polaire" Edition limitée : N° 01/08 Composition/Matériaux : Composite base Gypse + poudre de marbre. Finition blanc satinée....

registre

Nouveau compte S'inscrire